BeckMcs opacity: 0.0;

Harold Sakuishi - Interview "Virus Manga"

Cette interview de l'auteur de Beck est parue dans le virus manga n°6 de novembre/décembre 2004. Harold Sakuishi nous y parle un peu de son manga et de lui.


Q: La série Beck est née en 1999 dans Monthly shoah magazine. Qu'est ce qui vous a donné l'idée et l'envie de raconter cette histoire, de détailler cet univers ?
R: Le rédacteur en chef du magazine sait que j'aime beaucoup la musique, le rock en particulier. Il m'a conseillé en blaguant de faire un manga qui parle de rock. Cette idée ne m'intéressait pas du tout car, comme il s'agit d'un manga, il est impossible de mettre de la vraie musique sur les pages. De plus, il n'y a pas beaucoup de manga de musique a succès. Au début, je ne prenais pas du tout ses propos au sérieux, mais comme j'adore le rock, j'ai commencé à penser qu'il sera intéressant de relever le défi.

Q: Pourquoi avoir intitulé la série "Beck", alors que le chien de Ryuusuke est un personnage mineur? Êtes-vous fan de Beck et de Jeff Beck ?
R: J'apprécie effectivement ces artistes. Les musiciens comme Jeff Beck ou Beck (Beck Hansen) ne sont pas très connu au Japon. Seuls ceux qui adorent le rock les connaissent. J'ai choisi "Beck" comme titre en espérant que ce titre attire l'attention de ces fans de rock. Mon but est surtout de faire connaitre mon manga à ces personnes précises. Le titre aurait pu être "Iggy", par exemple.

Q: Beck ressemble à Black Jack. C'est étonnant pour un chien ...
R: Je suis étonner que vous connaissiez Black Jack, c'est bien qu'il soit connu même en France. C'est effectivement Black Jack qui est en partie à l'origine de l'apparence de ce chien. Mais ce n'est pas tout. Il y a un court-métrage intitulé Frankentweenie de Tim Burton, le réalisateur de Nightmare before Christmas. Le chien dans ce film m'a aussi influencé. L'aspect de Beck est inspiré par ces deux oeuvres.

Q: Dans Beck, on peut trouver de nombreuses références aux musiciens rock. S'agit-il de messages pour les lecteurs ?
R: Des messages pour les lecteurs... C'est une question difficile pour moi. De toute façon, je crois que ceux qui aiment le rock apprécieront les hommages aux musiciens. J'aime beaucoup aussi ce que j'appellerais « la philosophie du rock » ou « le côté idéologique du rock ». J'aimerais bien que cela plaise aussi aux lecteurs.

Q: La plupart des musiciens que vous évoquez dans Beck datent des années 70 et 80. Est-ce votre intérêt particulier pour cette période qui motive ce choix ?
R: Je n'ai pas l'intention spécifique de suivre le courant historique, mais à franchement parler, le rock de la période des Doors était beaucoup plus dynamique que maintenant. Il est possible que je fasse plus souvent référence à cette musique, plutôt qu'à celle des autres périodes. Mais j'aime aussi l'époque des RED HOT CHILI PEPPERS. Je ne suis pas du tout nostalgique des années 60 et 70, je ne dis pas que c'était l'âge d'or du rock. Par contre, je ne peux pas dire non plus que le rock d'aujourd'hui soit le meilleur. Je pense que chaque période a ses points forts. On peut trouver des points positifs même dans le hard rock ou le punk, par exemple. Si je devais choisir une période qui m'est très chère personnellement, je dirais le début des années 90, lorsque j'étais très jeune. Mais je pense que chaque période est intéressante : dans mon manga, je n'ai pas l'intention de faire des distinctions entre les différentes époques.

Q: Ryuusuke est un japonais né aux Etats-unis. Les Etats-unis demeurent selon vous le pays de référence du rock ?
R: Quand on parle du rock, l'Angleterre et les Etats-unis sont évidemment incontournables. Naturellement, lorsque l'on aime le rock, on ne peut pas faire autrement que de penser à ces deux pays là. Par exemple, s'il y a une personne dans notre entourage qui représente la culture rock de ces pays là, on ne la regarde qu'avec admiration ou jalousie. Quand on a vraiment envie de parler du rock, on a besoin de ce genre de personne. Dans mon entourage, j'ai une amie qui a longtemps vécu à l'étranger et elle m'a beaucoup influencé.

Q: Le treizième tome japonais de Beck est vendu avec un cd musical. Quel a été votre rôle dans ce projet ? Et comment avez-vous participé à l'adaptation de la série en dessin animé?
R: Ha ha ha! A vrai dire, je ne suis pas à l'origine de ce projet de CD. C'est l'idée d'un éditeur de ma maison d'édition. C'est donc lui qui a dirigé ce projet et pas moi. Concernant la série d'anime, vu que je ne suis pas spécialiste en la matière, je fais confiance aux gens de la production. Pour l'instant j'attends impatiemment le résultat en tant que simple fan.

Q: Quels sont les mangakas que vous appréciez, qui vous ont influencé, tant du point de vue du dessin que de la narration ?
R: C'est encore une question difficile: j'aime de nombreux mangakas... En plus je lis des mangas depuis mon enfance... Je ne sais pas s'il est connu en France, mais j'adore IKEGAMI Ryôichi: Crying Freeman a même été adapté en film live. Si j'en ajoute un autre, ce sera KOBAYASHI Makoto de What's Michael? Je crois que je suis influencé par ces deux auteurs. J'aime aussi le dessin d'ÔTOMO Katsuhiro et d'autres.

Q: Au Japon, 19 tomes de Beck sont sortis à ce jour. Tenir aussi longtemps une série pose des problèmes ?
R: Comme je vous l'ai dis, il n'y avait pas de manga ayant la musique comme thème principal. Le plus difficile pour moi a été d'intégrer la musique dans la narration pour qu'elle devienne un divertissement. Mon souci principal demeure que mon manga plaise aux lecteurs.

Interview réalisée par Stéphane FERRAND et Sébastien LANGEVIN

© 2006-2011 beck-mcs.org - Tous droits réservés
Design by Gd Alex - Program by Castor
Pour toute question, n'hésitez pas à contacter le webmaster ou à venir sur le forum.
Forum Contact